Comité d’évaluation environnementale de la Miramichi

March 6, 2017

 

mreac_nbcc_inactive_beaver_dam_breaching_little_bartibog_river_DSC00250

 

Chaque projet réussi commence par un plan solide, mais la clé est la mise en œuvre de ce plan.

C’est ce qu’a fait le Comité d’évaluation environnementale de la Miramichi (CEEM) avec l’aide d’alliés et de partenaires importants en 2016.

Grâce à une subvention de 15 000 $ de la Fondation pour la conservation du saumon atlantique, le CEEM a pu mener son projet à bien, « Mise en œuvre du Plan de gestion de la pêche sportive dans la rivière Bartibogue ».

En 2015, le CEEM a commencé à travailler avec l’Association de chasse et pêche de Bartibogue et a dressé un plan de gestion de la pêche sportive pour la rivière Bartibogue et ses sections.

Le plan contenait plusieurs recommandations, y compris (mais non exclusivement) :

  • Suivi accru de la température aux principales fosses dans la rivière Bartibogue;
  • Promotion des meilleures pratiques de gestion chez les propriétaires de lots boisés afin de prévenir les impacts néfastes sur les cours d’eau;
  • Utilisation de techniques d’électro-pêche afin de déterminer les niveaux de productivité des différentes sections de la rivière Bartibogue;
  • Promotion des méthodes de sensibilisation et de gestion appropriées pour protéger les espèces en péril et pour atténuer l’impact des espèces invasives et introduites.

Harry Collins du CEEM fait remarquer que la rivière Bartibogue est un cours d’eau extraordinaire dont la valeur est sous-estimée par la majorité et appréciée par quelques-uns seulement.

« C’est une rivière productive pour la truite de ruisseau, y compris la truite de mer, et une rivière d’une importance significative pour la montaison automnale du saumon atlantique, souligne-t-il. Sa réputation est locale et surtout appréciée par les résidents de Miramichi qui peuvent accéder à la rivière par un bel après-midi ensoleillé ou même pour une excursion en soirée. Les familles peuvent profiter de cette rivière accessible pour sortir leur équipement de pêche et développer l’amour du plein air et de la pêche récréative chez leurs enfants.

Collins affirme que l’Association de chasse et pêche de la Bartibogue souhaitait vivement créer un partenariat avec le CEEM pour lancer le projet, mais l’appui de la FCSA a été un élément clé des succès obtenus.

« Même si nos groupes appréciaient la valeur esthétique et récréative de la rivière avant ces travaux, la connaissance de l’état général de la Bartibogue était limitée, et on était conscient qu’il fallait s’attaquer à quelques enjeux non réglés. »

Collins dit que l’objectif global était, et est toujours, – la bonne intendance.

« L’Association de chasse et pêche de Bartibogue s’est engagée pour le long terme et souhaite vivement protéger ce cours d’eau. Le CEEM a pu apporter une capacité supplémentaire à ce projet en obtenant du financement, en effectuant la planification, et en engageant d’autres ressources bénévoles. Pour les deux groupes, ce fut un travail d’amour de s’engager activement dans ce projet de la Bartibogue qui est un cours d’eau exceptionnel – un joyau extraordinaire dont la reconnaissance est limitée. »